HANS LUCAS + LIFE FRAMER

« Je n’attendrai pas que l’on me pardonne » est une exposition réalisée en collaboration avec Hans Lucas et Life Framer. Son titre est extrait de la chanson « La Ficelle » d’Alain Bashung.

Le pardon est ici placé dans une notion plus philosophique que religieuse, il propose une réflexion sur la société. L’exposition évoque le fait de pardonner, d’être pardonné, l’inégalité, l’émancipation ou encore la résilience. Au-delà de ces notions et du fait que le pardon n’est pas suffisant pour pérenniser le vivre ensemble, nous abordons la question de la recherche de la vérité et au regard de ce qui se passe dans le monde moderne, la vérité en fonction de quelle réalité ? L’exposition soulève des interrogations. Elle suggère sans forcément répondre aux questions par un dialogue entre 15 photographies de membres d’Hans Lucas et 13 photographes présentés par Life Framer.

Photographes du studio Hans Lucas : Anita Pouchard Serra, Benoit Durand, Christophe beauregard​, Eleonora Strano, Hugo Clarence Janody, Jean-Marc Balsière, Loreleï Buser Suero, Lucile Boiron, Matthieu Marre, Matthieu Richer, Nicolas Thomas, Ramona Deckers, Samuel Lebon, Sandra Fastre et Valérie Pinard.

Photographes de Life Framer : Denise Kwong, Dillon Marsh, Laura Thompson, Laurence Kubski, Manu de Caluwe, Natalie Kirk, Tania Franco Klein, Aina Zoilo, Alexandre Chaplier, Charles Xelot et Cyrille Robin.

Commissariat de l’exposition : Amandine Besacier (photographe et commissaire d’exposition), Amaury Guillais (cofondateur de Life Framer) et Wilfrid Estève (cofondateur d’Hans Lucas).